22 Août 2012

À l'occasion du débat du Barreau du Québec, Véronique Hivon dévoile les engagements du PQ en justice

Montréal, le 22 août 2012 – Dans le cadre de la campagne électorale, le Barreau du Québec organisait un débat aujourd’hui à Montréal sur la place de la justice dans les programmes des partis politiques. La députée sortante et candidate du Parti Québécois dans Joliette, Véronique Hivon, représentait le Parti Québécois. « La justice est l’un des piliers de notre démocratie. On ne peut la négliger. La justice doit être plus accessible, moins formelle, plus humaine. Elle doit sortir des palais de justice, être rendue davantage dans la communauté et nous devons aussi miser sur la prévention des conflits à la source, en misant sur une meilleure connaissance par les citoyens du droit. Mon parti, s’il est porté au pouvoir, a l’intention de moderniser le système judiciaire, et je compte bien y contribuer au meilleur de mes compétences », a-t-elle insisté devant une salle comble.

« Notre plan propose une véritable petite révolution et est composé de trois importantes mesures basées sur l’accessibilité, la réparation et la compassion. Tout d’abord, nous comptons élargir l’admissibilité aux services juridiques de l’Aide juridique en y incluant toutes les personnes qui travaillent au salaire minimum à temps plein. Ensuite, nous proposons de prendre le virage de la justice réparatrice, qui permet de donner une place accrue aux victimes dans le processus et aux sentences de tenir compte de l'importance de réparer les torts, plutôt que de simplement punir. Enfin, nous souhaitons revoir les régimes d’aide et d’indemnisation des victimes d’actes criminels afin de mieux soutenir les victimes et leur famille. Avec ces orientations, nous serons en mesure de recentrer le système sur les besoins des citoyens », a expliqué celle qui a été la porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice de 2009 à 2012.

« La meilleure porte-parole en justice de la décennie », - Pauline Marois

En plus d’avoir participé à de nombreux travaux et projets de loi touchant la justice à l’Assemblée nationale, d’être intervenue régulièrement au sujet des révélations de la Commission Bastarache sur le processus de nomination des juges, ainsi que de s'être battue avec force pour que la Commission Charbonneau ait les pleins pouvoirs d'une véritable commission d'enquête et contre le projet de loi 78 en juin dernier, la députée sortante de Joliette a été l'instigatrice et vice-présidente de la Commission sur la question de Mourir dans la dignité, dont les recommandations unanimes ont été accueillies positivement de manière généralisée au Québec. L'unanimité s'est d'ailleurs poursuivie aujourd'hui, alors que le travail de Véronique Hivon a été salué à l'unisson par les représentants des autres partis présents au débat, malgré leurs divergences politiques.

Rappelons qu'à l’occasion du rassemblement lanaudois du Parti Québécois, le 13 août dernier à Terrebonne, la chef Pauline Marois, en présentant sa candidate dans Joliette, a souligné que « Véronique Hivon a été la meilleure porte-parole en justice de la décennie », ce qui lui a valu une salve d’applaudissements bien sentie. « Je suis fière de ce que j'ai pu accomplir, tout en n'étant que dans l'opposition. Je suis très enthousiaste d'imaginer tout ce que nous pourrons accomplir en matière de justice si nous sommes portés au pouvoir le 4 septembre prochain ! », a conclu Véronique Hivon.