15 Décembre 2010

Affaire Éric c. Lola. Le gouvernement doit consulter la population

Québec, le mercredi 15 décembre 2010 – Réagissant à la décision du Procureur général et ministre de la Justice du Québec, Jean-Marc Fournier, de demander l’autorisation d’en appeler de la décision de la Cour d’appel assujettissant les conjoints de fait aux mêmes obligations alimentaires que les conjoints mariés, la députée de Joliette et porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, Véronique Hivon, estime que le gouvernement doit tenir un vaste débat sur le sujet en commission parlementaire.

« Avec 600 000 couples vivant en union de fait, donc plus d’un million de Québécoises et Québécois directement touchés, les conséquences du jugement de la Cour d’appel sont majeures pour la société québécoise et transcendent le jeu politique et partisan. Maintenant que le gouvernement a fait le choix de demander l’autorisation d’en appeler, il faut utiliser le délai qui en découlera pour tenir un vaste débat afin que toutes les personnes intéressées puissent manifester leurs opinions », a déclaré Véronique Hivon.

La porte-parole de l’opposition officielle souligne que c’est le rôle précis des commissions parlementaires de tenir ce type de débat. « Comme législateurs, nous avons un rôle, celui de faire des lois adaptées aux réalités d’aujourd’hui et qui s’inspirent des volontés de la population. Sur cet enjeu très sensible, qui va au coeur même des relations entre conjoints, il faut agir ainsi car ce débat appartient d’abord et avant tout aux Québécoises et Québécois et non aux tribunaux », a poursuivi Mme Hivon.

« Il faut savoir se projeter dans l’avenir et se préparer à tous les scénarios. Ne répétons pas l’erreur commise par le gouvernement de Jean Charest dans le cas des écoles passerelles où il a tardé à réagir au jugement de la Cour suprême et a précipité une très mauvaise décision, dans un bâillon au final », a conclu la députée de Joliette.