9 Décembre 2011

Bilan de fin de session. Le gouvernement Charest: un véritable gâchis. Les Québécois méritent mieux.

Québec, le vendredi 9 déccembre 2011 - En conférence de presse ce matin, la députée de Charlevoix et chef de l'opposition officielle, Pauline Marois, et le député de Chicoutimi et leader parlementaire de l'opposition officielle, Stéphane Bédard, ont qualifié de véritable gâchis le travail effectué par le gouvernement Charest au cours de la dernière session parlementaire. La députée de Joliette, Véronique Hivon, le député de Gouin, Nicolas Girard, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, et le député de Verchères, Stéphane Bergeron, étaient également présents à cette conférence de presse.

« L'intégrité du gouvernement a été rudement éprouvée cet automne. Le rapport Duchesneau sur la corruption et la collusion dans l'industrie de la construction ainsi que le rapport du Vérificateur général du Québec sur l'attribution partisane de places en garderie ont porté un dur coup au gouvernement Charest en confirmant sa mauvaise gestion », a déclaré Pauline Marois, en ajoutant que les libéraux ont aussi fait un gâchis en renonçant à défendre notre identité et notre fierté.

« Le gouvernement Charest a complètement échoué en ce qui concerne la défense de notre langue. La situation est très préoccupante. De plus en plus, dans les entreprises et les commerces, les gens sont obligés de travailler en anglais. Même au sein de la Caisse de dépôt et placement du Québec des cadres unilingues imposent l'anglais comme langue de travail. Nous ne pouvons tolérer une telle dérive. Le français doit redevenir la seule langue officielle au Québec », a ajouté Pauline Marois, en s'engageant à ce que le Parti Québécois redresse la situation en adoptant une nouvelle loi 101 lorsqu'il sera au pouvoir.

« La défense des intérêts du Québec face à Ottawa est un autre échec du gouvernement Charest. Le Québec a perdu sur toute la ligne. Que ce soit l'abolition du registre des armes à feu, le projet de loi sur la criminalité, la diminution du poids du Québec au sein du Canada, la perte de près de 8 milliards de dollars en contrats pour la construction de navires fédéraux, la nomination d'unilingues anglophones à de hautes fonctions ou le retour des symboles de la monarchie, les Québécois ne se reconnaissent plus dans les valeurs que le gouvernement Harper nous impose, a constaté Pauline Marois. L'inaction de Jean Charest face au fédéral est totalement inacceptable ».

« La gestion de nos ressources naturelles est un enjeu majeur où notre vision est diamétralement opposée à celle des libéraux. Au Parti Québécois, nous voulons que les profits de nos ressources naturelles bénéficient à toute la collectivité. Nous voulons que les redevances soient plus élevées et que les entreprises transforment la matière première au Québec. Contrairement aux libéraux, nous refusons de vendre nos ressources naturelles à rabais.

Cette richesse appartient à tous les Québécois et ils doivent tous en bénéficier », a-t-elle soutenu.

« Au cours de l'automne, le travail de l'opposition officielle a été constructif sur plusieurs plans. Nous avons déposé deux projets de loi importants, l'un sur la langue et l'autre sur l'occupation du territoire et la décentralisation. Nous avons apporté des améliorations notables au projet de loi 16 concernant les aînés et facilité l'adoption de la loi sur les pharmaciens que nous réclamions depuis plus de deux ans », a ajouté Stéphane Bédard, en rappelant que le travail acharné de l'opposition dans le dossier de l'industrie de la construction aura finalement permis aux Québécois d'obtenir l'enquête publique réclamée par tous.

« Par sa mauvaise gestion, Jean Charest place le Québec dans une situation de faiblesse en refusant de défendre nos intérêts et nos valeurs. Que ce soit en ce qui concerne son intégrité, la défense de notre identité ou la gestion de nos ressources naturelles, ce sont les Québécois qui sont les grands perdants du régime libéral. Le Parti Québécois a des idées pour faire avancer le Québec et défendre nos valeurs, notre identité et notre langue », a c o n c l u P a u l i n e Marois.