25 Mars 2015

Cinémathèque québécoise : La ministre de la Culture exacerbe les inquiétudes

Québec, le 25 mars 2015 – La députée de Joliette et porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, déplore que ce matin, la ministre Hélène David ait exacerbé, plutôt qu’apaisé, les inquiétudes du milieu de la culture et de tous les amoureux du cinéma en n’écartant pas la disparition de la Cinémathèque québécoise par sa fusion avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Pire, elle semble avoir voulu, par ses réponses aux questions de la députée de Joliette, confirmer ce scénario.

« Je joins ma voix à celles des employés de la Cinémathèque et des artisans du milieu, qui lancent aujourd’hui un véritable cri du cœur afin que la Cinémathèque soit sauvée et que le scénario inacceptable de fusion, qui aurait des impacts dramatiques sur les activités de la Cinémathèque, soit abandonné. Ainsi, nous faisons aussi écho au cri d’alarme lancé, au début du mois, par des producteurs et des réalisateurs de grande renommée. J’ai demandé à la ministre Hélène David de mettre un terme à l’incertitude, ce qu’elle a refusé de faire. Au nom de l’austérité et pour des économies de bouts de chandelles, elle met en jeu la mission essentielle de la Cinémathèque : préserver, diffuser et promouvoir notre patrimoine audiovisuel et cinématographique », a déclaré Véronique Hivon.

« Le milieu de la culture a déjà été durement mis à mal par le gouvernement libéral. Pensons seulement au triste épisode des conservatoires, à l’abandon de la politique sur le livre, aux compressions dans les crédits d’impôt pour la production culturelle... Aujourd’hui, en excluant définitivement la fusion de deux institutions aux missions très différentes, en prenant clairement position en faveur de la Cinémathèque, la ministre aurait pu et aurait dû saisir l’occasion de démontrer au milieu qu’elle le défend. Notre patrimoine culturel, c’est notre histoire, notre identité, notre richesse. Le gouvernement doit se réveiller et montrer qu’il le comprend et, par conséquent, écarter toute possibilité de fusion », a conclu la députée de Joliette.