19 Février 2012

Pauline Marois présente les membres du Comité sur la souveraineté

MONTRÉAL, le 19 févr. 2012 - La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, est fière de présenter les membres du Comité sur la souveraineté. « La collaboration de ces douze personnes, dont la compétence et l'expérience sont aussi grandes que variées, viendra enrichir notre plan d'action pour faire du Québec un pays. Leur apport s'est fait sentir dès aujourd'hui! », a-t-elle déclaré à l'issue de la première rencontre de travail du groupe.

La création du Comité sur la souveraineté avait été annoncée le 23 janvier dernier. La chef du Parti Québécois,Pauline Marois, présidera les travaux du comité. Daniel Paillé, président du Bloc Québécois, en assumera la vice-présidence. Le comité sera formé des personnes suivantes : Emmanuel Bilodeau, Henri Brun, Claudette Carbonneau, Alexandre Cloutier, Carl Grenier, Véronique Hivon, Pierre-André Julien, Marcel Leblanc, Jean-François Lisée, Michel Morin, Paul Piché et Alexandre Thériault-Marois.
Les membres du Comité sur la souveraineté ont le mandat d'analyser les stratégies, les moyens et les gestes requis pour que le Québec accède à sa souveraineté. Pour ce faire, ils se pencheront notamment sur les différentes études produites au fil des ans et verront à les mettre à jour. Ils évalueront également si d'autres études sont nécessaires. Une analyse des stratégies qui ont précédé les référendums de 1980 et 1995 de même qu'une évaluation de l'état des relations fédérales-provinciales depuis le dernier référendum seront faites.
« Il faut savoir que le répertoire des 148 études ainsi que l'évaluation de celles-ci ont été faits et complétés depuis l'automne. Le comité déterminera lesquelles de ces 148 études pourront être mises à jour plus rapidement. Il faut également mentionner qu'à l'époque, certains champs n'ont pas été étudiés spécifiquement, notamment la santé, l'éducation et l'environnement », a tenu à préciser Pauline Marois.
Selon Daniel Paillé : « L'actualisation de ces études fait partie d'une démarche pédagogique essentielle pour convaincre une majorité de Québécoises et de Québécois du bien-fondé de la souveraineté. Depuis les débuts de notre mouvement, nous avons dû convaincre et nous avons choisi de le faire avec rigueur. C'est ce patient travail qui a fait en sorte que d'une utopie dans les années 1960, la souveraineté est aujourd'hui reconnue comme tout à fait réalisable par la plupart des fédéralistes. Il nous reste maintenant à les convaincre qu'elle est préférable au fédéralisme canadien que nous propose Stephen Harper.»
« La mise sur pied de ce comité est un geste significatif qui s'inscrit dans notre démarche qui vise à donner aux Québécoises et Québécois un pays dont ils seront fiers », a conclu Pauline Marois en rappelant que le Parti Québécois est la plus importante formation politique au Québec avec ses 90 000 membres.