19 Juin 2012

Pétition de 15 000 signataires réclamant l’équité en santé: Le ministre Bolduc ignore le cri du cœur des Lanaudois

Joliette, le 19 juin 2012 ? « Après un inacceptable refus de la Commission parlementaire de la santé et des services sociaux de se saisir de la pétition réclamant l’équité en matière de santé pour notre région, le ministre Yves Bolduc répond au cri du cœur de nos concitoyens par des demi-vérités, en enrobant le tout d’un cynisme qui semble devenir la marque de commerce de son gouvernement. Une attitude qui nous confirme que le ministre de la Santé et les libéraux ont choisi d’ignorer la réalité dénoncée par les 15 000 signataires plutôt que d’apporter les correctifs qui s’imposent », déclarent les six députés de Lanaudière.

En guise de réponse aux pétitionnaires, le ministre de la Santé a en effet expédié une lettre aux députés, le 11 juin dernier. Il y affirme que l’équité du financement « demeure un objectif prioritaire » et que les « écarts régionaux ont diminué ». « Si le ministre admet l’iniquité, ses explications nébuleuses sur la situation lanaudoise permettent de conclure que sa méthode a lamentablement échoué dans notre région », affirme le président du caucus et député de Berthier, André Villeneuve. « Il est particulièrement inquiétant de l’entendre dire que les écarts régionaux ont diminué alors que le nôtre a grimpé de façon inacceptable sous sa gouverne. Il s’élève désormais à 42,5 millions par année par rapport à la moyenne nationale », renchérit le député de Rousseau, Nicolas Marceau.

« L’argent dont nous devrions disposer conformément à ce que reconnaît le ministère servirait à l’amélioration des services dans notre région. Lanaudière en a grandement besoin, notamment pour financer nos deux salles d’urgence et nos CLSC. Plusieurs patients ne reçoivent pas les services auxquels ceux d’autres régions ont droit, et nos concitoyens ont bien raison d’être exaspérés », observe la députée de Joliette, Véronique Hivon. « N’oublions pas que cette iniquité se répercute aussi sur le personnel du réseau de santé lanaudois, des travailleurs dévoués qui doivent composer jour après jour avec un manque flagrant de ressources », souligne le député de L’Assomption, Scott McKay.

Pour tenter de justifier son inefficacité, le ministre Bolduc précise qu’on ne doit pas, « sous prétexte d’accélérer le rythme de réduction de ces écarts [...], mettre en péril l’accessibilité aux services dans certaines régions ». « Lanaudière ne demande pourtant que sa juste part. En tout cas, si le ministre veut savoir à quoi ressemble un réseau difficile d’accès, il devrait venir nous visiter plus souvent », propose le député de Masson, Guillaume Tremblay. « Son plan de match, selon la lettre, est d’investir dans des programmes présentant un "écart relatif important" en... 2012-2013! Quel cynisme! Il repousse encore une fois la concrétisation de mesures qui s’imposent depuis près d’une décennie », dénonce le député de Terrebonne, Mathieu Traversy.

« L’incompétence et la négligence du gouvernement libéral ont fait en sorte que la situation s’est considérablement dégradée au cours des dernières années. Pourtant des solutions existent afin de rendre notre réseau de santé plus accessible et efficace. En plus de s’attaquer à l’iniquité interrégionale, nous entendons de notre côté aller de l’avant avec les propositions suivantes : réussir l’informatisation des dossiers, déléguer certains actes médicaux, débureaucratiser le réseau, investir dans les soins à domicile et financer en fonction des services rendus plutôt que sur une base historique », proposent les députés de Lanaudière.