28 Juin 2015

Projet de ligne à haute tension d’Hydro-Québec: « La voix des citoyens doit être entendue »

monpq_5410a02dd5e95.pdf

Joliette, le 28 juin 2012 – À la suite des consultations publiques concernant le développement d’une ligne de transport à 735 kV qui traverserait Lanaudière, la députée de Joliette a rencontré cette semaine, avec ses collègues concernés, les représentants d’Hydro-Québec. « J’ai suivi avec beaucoup d’attention l’étape de l’avant-projet, tout en demeurant en lien constant avec le milieu, que ce soit les maires, le préfet ou les citoyens. Je partage les préoccupations exprimées par les gens qui se mobilisent, notamment à Saint-Ambroise-de-Kildare et à Saint-Liguori, au sujet des impacts sur la qualité de vie, les activités agricoles et touristiques, ainsi que l’authenticité des paysages. Leur voix doit être entendue », a soutenu Véronique Hivon.

« La rencontre a été constructive et la direction d’Hydro-Québec m’a assurée qu’elle allait considérer des alternatives au tracé actuellement à l’étude. Déjà, les résolutions adoptées par les municipalités et la MRC de Joliette démontrent une sensibilité du milieu, face à laquelle la société d’État ne peut rester indifférente. Globalement, il faut être certain que la solution retenue soit celle qui aura le moins d’impact et qu’on ne fasse pas que déplacer le problème chez le voisin. J’ai d’ailleurs invité Hydro-Québec à faire preuve de créativité, comme elle l’a déjà fait dans le passé. Je suis convaincue que d’autres solutions existent. Je demeure confiante pour la suite des choses », a affirmé la députée de Joliette.

« À court terme, je me suis assurée que les citoyens et les municipalités concernés soient à nouveau consultés avant l’annonce de la solution proposée par Hydro-Québec, en plus d’avoir accès à toute l’information pertinente à laquelle ils ont droit. Je militerai également en faveur de la tenue d’une commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement afin que tous puissent s’exprimer dans un forum adéquat », a annoncé Véronique Hivon.