12 Mai 2015

Taxe sur l'hébergement touristique : "Les régions perdent encore du terrain" - Les députés péquistes de Lanaudière

Lanaudière, le 12 mai 2015 – Les élus péquistes de Lanaudière, Claude Cousineau, député de Bertrand et porte-parole de l’opposition officielle en matière de tourisme, Véronique Hivon, députée de Joliette, Nicolas Marceau, député de Rousseau, Mathieu Traversy, député de Terrebonne, et André Villeneuve, député de Berthier, demandent à la ministre du Tourisme de renoncer à centraliser la taxe spécifique sur l’hébergement (TSH) et imposer une nouvelle taxe aux campings.

Uniformisation de la taxe sur l’hébergement touristique 

Étant du même avis queTourisme Lanaudière, Camping Québec et que la Fédération québécoise de camping et caravanier et les Associations touristiques régionales, les élus péquistes réclament la préservation de la vocation régionale et du caractère volontaire de la TSH et soulignent que cette taxe est un levier de développement économique qui a fait ses preuves et qui doit demeurer sous responsabilité régionale.

Les députés soulignent l’impact de cette mesure pour les régions : « C’est d’autant plus frustrant quand on sait que le modèle actuel assure une modulation adéquate des revenus dédiés à chaque région, les revenus de taxe étant directement liés au nombre de nuitées générées par chaque région. Les régions perdent encore du terrain. Ce que propose la ministre risque de se traduire par une augmentation de la tarification dans Lanaudière et donc, de nuire encore une fois à son industrie touristique. Une autre atteinte à l’économie lanaudoise, une autre attaque à son autonomie. »

Taxer les campings

Le 7 mai dernier Claude Cousineau affirmait : « Fidèle à la tradition libérale, Philippe Couillard a promis des baisses de taxes en campagne électorale, mais il gouverne en les augmentant. On dirait qu’en se levant le matin, les membres du gouvernement ont toujours une nouvelle idée de taxe à imposer aux Québécois. Les campeurs, ce sont en majorité des gens d’ici, ce n’est pas une clientèle internationale; le gouvernement doit renoncer à l’idée de les taxer. »

Les élus jugent que la vitalité économique de l’industrie touristique est mise en péril : « Après les CLD, les CRÉ, les Forums Jeunesse, le pacte fiscal, la ruralité, le gouvernement innove encore en matière de démantèlement des régions. Elles n’en peuvent plus d’être sacrifiées sur l’autel de l’austérité toxique libérale. », terminent-ils.