Véronique Hivon

Député de Joliette

Après les garderies, le Vérificateur général publie un inquiétant rapport sur l’octroi des Fonds pour le développement du sport: L'arbitraire partisan des libéraux ou le contraire d'une saine gestion des fonds publics
lundi 4 juin, 2012
Facebook
Twitter

Joliette, le 4 juin 2012 ? Un nouveau rapport du Vérificateur général indique que ce sont des choix politiques sans analyse administrative objective qui ont guidé le cabinet ministériel de Jean-Marc Fournier puis celui de Michelle Courchesne dans l’octroi des Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique. « Parmi les 918 projets déposés entre 2006 et 2010, dont celui du Centre multisports de Joliette, près de la moitié n’ont même pas été analysés par les fonctionnaires du ministère de l’Éducation. À la lecture du rapport, la partisanerie semble avoir eu le dessus sur les critères objectifs du programme. C’est encore une fois totalement consternant! A quelle époque vivons-nous? », s’indigne la députée de Joliette, Véronique Hivon.

De plus, mentionnons que le gouvernement libéral n'a pas donné suite, jeudi dernier, à la demande de l'opposition officielle de rendre publiques les centaines de demandes ignorées dans le cadre de ce programme de 363 millions de dollars. « Après le scandale des garderies libérales, cet autre rapport dévastateur du Vérificateur général démontre que l'approche retenue ouvre toute grande la porte à l'arbitraire partisan au détriment des besoins objectifs de la population », dénonce Véronique Hivon.

« Depuis plus de trois ans, la Commission scolaire des Samares ainsi que les villes de Joliette, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Charles-Borromée ont entrepris des démarches et se sont unies pour doter notre région d’un centre multisports d’envergure. Ces acteurs du milieu, qui tentent notamment d’instaurer de saines habitudes de vie et de lutter contre le décrochage scolaire par le biais de l’activité physique, auraient au minimum mérité une analyse objective et clairvoyante de la part du ministère de l’Éducation. Malheureusement, il semble que nous n’y avons pas eu droit », déplore-t-elle.

« Ce type de gouvernance arbitraire et partisane nourrit toujours davantage le cynisme de la population envers la classe politique, ce contre quoi je me bats au quotidien. J’étais sincèrement convaincue que de telles manières de faire relevaient de l’ère révolue de Duplessis où il fallait voter du bon bord ou donner à la caisse électorale d'un parti pour obtenir des fonds de l'État. La redistribution des ressources publiques ne doit jamais se faire en fonction de considérations partisanes. Vivement un retour en force de l’impartialité dans l’octroi des fonds publics et de la transparence dans la gouvernance au Québec », conclut la députée de Joliette.

 

À DÉCOUVRIR