Véronique Hivon

Député de Joliette

« Le Parti Québécois annulera la loi rétrograde sur les hydrocarbures », promet Véronique Hivon
lundi 12 décembre, 2016
Facebook
Twitter

Joliette, le 12 décembre 2016 – La députée de Joliette, Véronique Hivon, dénonce vigoureusement l’adoption sous bâillon du projet de loi 106 sur les hydrocarbures. Avec le chef, Jean-François Lisée et ses collègues députés du Parti Québécois, elle a passé une grande partie de la nuit de vendredi à samedi à l’Assemblée nationale, pour s’opposer à cette loi néfaste pour l’environnement et porter la voix des citoyens et groupes, muselés par le gouvernement libéral.

« Ce gouvernement se croit tout permis. Sans remords, sans états d’âme, il foule aux pieds le bien commun et la démocratie. Notre chef a déjà pris l’engagement, lorsque le Parti Québécois sera élu, d’abolir cette odieuse loi sur les hydrocarbures, chapitre 4 de la loi sur la transition énergétique, qui permettra la fracturation hydraulique et les forages pétroliers dans les baies gaspésiennes, en plus de donner aux entreprises pétrolières et gazières le pouvoir d’exproprier des gens! », s’est indignée Véronique Hivon.

La députée de Joliette rappelle que la portion du projet de loi portant sur la transition énergétique faisait pourtant consensus et que celle-ci aurait pu être adoptée à l’unanimité si le gouvernement avait scindé, comme le proposait le parti Québécois, cette partie du volet sur les hydrocarbures. « Dès le départ, il était tout à fait absurde de lier, dans un même projet de loi, la question de la transition énergétique avec celle des hydrocarbures. Plusieurs voix se sont élevées, et souvent, pour réclamer la scission du projet de loi 106. Malheureusement, les libéraux, dans ce dossier, ont été égaux à eux-mêmes : ils n’ont pas écouté », a-t-elle déploré.

« Pendant ce temps, les patients, les élèves en difficulté, les aînés attendent encore des services. Au lieu d’utiliser les dernières heures de cette session parlementaire pour corriger ses nombreuses erreurs, le gouvernement a choisi de consacrer son temps aux pétrolières », de conclure Véronique Hivon, qui invite la population à poursuivre la mobilisation contre la fracturation hydraulique sur le territoire québécois.

À DÉCOUVRIR