Le PQ remet le projet de pays à l’avant-scène

Le Devoir, le 4 septembre 2019. L’état-major du Parti québécois recentre son action politique sur « la fondation d’un pays, non pas sur la gestion ordinaire d’une province ». « Le temps de l’éparpillement est terminé », promet-il dans une nouvelle « Déclaration de principes » dans laquelle il a séquencé l’ADN du « nouveau PQ ».

Dans ce document de trois pages, dont Le Devoir a obtenu copie, le PQ appelle les indépendantistes, mais aussi les nationalistes de tout poil à se joindre à son « mouvement » pourvu qu’ils souscrivent à quatre « valeurs fondamentales », c’est-à-dire la liberté, la justice et l’équité, le nationalisme ainsi que la protection de l’environnement. « La pérennité du français est [le] défi permanent [du Québec], auquel s’ajoutent, à présent, des écueils qui dépassent largement ses frontières : la crise climatique menace sa société, l’accroissement des inégalités divise sa population et la baisse de confiance envers la démocratie mine l’engagement citoyen. Pour relever ces défis, la nation québécoise doit puiser dans ce qui la distingue pour agir, de concert avec les autres nations du monde. Elle doit se saisir de tous les pouvoirs nécessaires à son émancipation », peut-on lire.

« Bâtir des consensus »

La « coalition indépendantiste » entend désormais, autant que faire se peut, se tenir à l’écart des débats qui sèment ou attisent la division au sein de la population québécoise. « [L’action politique du PQ] aura pour objectifs de susciter l’adhésion et l’engagement, et de bâtir des consensus en valorisant le débat et la diversité des points de vue », suggère l’exécutif du PQ dans la « Déclaration de principes ». « Ultimement, le but est d’en arriver à des décisions rassembleuses et courageuses qui s’appuient sur les connaissances scientifiques », ajoute-t-il près d’un an après la victoire électorale de la Coalition avenir Québec.

Les prochains chefs du PQ devront se reconnaître autant dans cette nouvelle approche que dans ces nouvelles valeurs sacro-saintes de liberté, de justice et d’équité, de nationalisme ainsi que de protection de l’environnement, si les membres adoptent la « Déclaration de principes » dans sa forme actuelle à Trois-Rivières les 9 et 10 novembre prochain, fait remarquer l’un des auteurs dans un échange avec Le Devoir.

La direction du PQ reconnaît avoir fait preuve d’un « manque de cohérence » dans la présentation de ses « propositions » au fil des dernières années. Elle admet également avoir échoué à rendre le projet de pays — une « terre de paix, de liberté, d’égalité et de prospérité » — concret.

Elle entend remédier à la situation. Le PQ insistera sur le fait que l’indépendance permettra au Québec « de tirer profit de tous les outils que lui procure sa langue comme vecteur de réussite, de rayonnement et d’intégration », « de contrôler pleinement son territoire afin d’être exemplaire dans la lutte contre les changements climatiques, en se tournant définitivement vers une économie verte, prospère et ambitieuse dont tous les Québécois tireront bénéfice », « d’exercer le plein contrôle sur les finances et les leviers économiques de son État et, ainsi, de créer davantage de richesse et de mieux la répartir »… En résumé, « de décider de ce qui est bon pour lui, simplement ».

La « Déclaration de principes » « va repréciser pour bien des gens pourquoi on fait de la politique », a dit le chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé, lors d’un « 5 à 7 » dans la circonscription de Beauharnois, mardi. « Notre destin, ce n’est pas de prendre le pouvoir pour le garder pour nous-mêmes. Notre destin, c’est de dire aux Québécois que de passer de statut de locataire à celui de propriétaire offre non seulement une liberté de choix, mais une liberté qui nous permet vraiment de réaliser nos projets à nous, sans quémander. Le destin du Québec, c’est pas de quémander à Ottawa », a-t-il déclaré aux sympathisants rassemblés dans la DEZ Taverne urbaine.

La présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, dévoilera la nouvelle « Déclaration de principes » ainsi que les nouveaux statuts du PQ, lors d’une conférence de presse à Salaberry-de-Valleyfield mercredi. Elle sera accompagnée de la présidente du Comité national des jeunes du PQ, Frédérique Saint-Jean, ainsi que de M. Bérubé

Notre destin, c’est de dire aux Québécois que de passer de statut de locataire à celui de propriétaire offre non seulement une liberté de choix, mais une liberté qui nous permet vraiment de réaliser nos projets à nous, sans quémander.

Le parti entend permettre aux membres, mais aussi aux sympathisants du PQ de participer à la relance du parti, notamment en choisissant un nouveau ou une nouvelle chef en 2020. « Nous devons nous donner un nouveau départ comme parti politique. Ce nouveau départ doit se caractériser à la fois par notre fonctionnement, mais aussi dans notre identité et la manière dont nous la présentons », plaide l’exécutif du parti.

« C’est une proposition qu’on met au jeu », a résumé M. Bérubé. En effet, les membres seront appelés à adopter ces deux documents « importants » à l’occasion d’un congrès extraordinaire à Trois-Rivières les 9 et 10 novembre prochain.

L’adoption des nouveaux statuts n’est pas chose faite, a constaté Le Devoir. Permettre aux sympathisants du PQ et non pas seulement aux membres de se prononcer sur le successeur de Jean-François Lisée, c’est « une cochonnerie », a tonné le vice-président du comité exécutif du PQ de la circonscription de Beauharnois, mardi.

Les neuf élus du PQ sont rassemblés à Salaberry-de-Valleyfield cette semaine afin de se préparer en prévision de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale. La position du PQ dans le débat sur l’avenir des commissions scolaires sera notamment discutée. « Tout ce qui favorise la réussite scolaire, on va l’appuyer », s’est contenté de dire M. Bérubé à la veille de l’ouverture du caucus présessionnel.

Donnez votre appui à Véronique Hivon