Véronique Hivon

Député de Joliette

Les caquistes n'utilisent pas leur droit de parole
jeudi 2 février, 2012
Facebook
Twitter

Québec, le 2 février 2012 — L'absence de la CAQ à quatre commissions parlementaires a été flagrante cette semaine.


Scandale des garderies
« Le scandale des garderies libérales a marqué l'attention des Québécois au cours des deux dernières années. Les familles du Québec ont été outrées des pratiques de financement du Parti libéral sur leur dos. Au moment où il est temps de s'assurer, comme parlementaire, que cette situation ne se reproduise plus jamais et que les places à contribution réduite soient octroyées selon des critères plus rigoureux, le député représentant la CAQ sur ces dossiers, Daniel Ratthé, ne s'y intéresse pas. La CAQ, c'est comme l'ADQ : quand les kodaks sont fermés, les députés sont absents. La CAQ est absente pour les familles du Québec », a déclaré la députée d'Iberville et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Marie Bouillé. Occupation dynamique du territoire « Nous discutons actuellement d'un projet de loi extrêmement important pour les régions du Québec. Notre territoire est vaste et nous devons doter le Québec d'une politique et d'une loi-cadre pour l'occupation dynamique du territoire. La consultation parlementaire est donc primordiale. Ceux qui s'y intéressent vont d'ailleurs observer que la proposition du Parti Québécois comprise dans le projet de loi 499 inspire davantage les milieux locaux et régionaux que la proposition libérale, mais constateront aussi l'absence du député caquiste Daniel Ratthé à cette importante consultation. La CAQ n'a donc aucun intérêt pour l'occupation dynamique du territoire », a indiqué le député de Berthier et porte-parole de l'opposition officielle en matière de développement régional et d'occupation du territoire, André Villeneuve.
Accès à la justice « Les caquistes ne se donnent même pas la peine de venir au Parlement, ne serait-ce qu'une seule fois pendant les sept jours d'auditions sur l'avant- projet de loi instituant un nouveau Code de procédure civile. Quand vient le temps d'annoncer un cabinet fantôme avec une porte-parole en matière de justice, Sylvie Roy, ils sont présents avec tambours et trompettes, mais quand vient le temps de travailler sur une pièce majeure de notre droit et sur un enjeu central en matière d'accès à la justice, ils sont absents », a souligné, pour sa part, la députée de Joliette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, Véronique Hivon.

Situation de l'emploi et lutte à la pauvreté

« Autre occasion ratée par la CAQ. Hier, on discutait de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. À l'instar des autres commissions, la CAQ brillait par son absence. Aujourd'hui, en cette période de précarité économique où plus de 51 000 personnes ont perdu leur emploi en 2011, on échangeait avec les partenaires du marché du travail. Le député caquiste responsable de ces questions, Daniel Ratthé, n'a pas daigné se présenter. Au lieu de s'intéresser aux démunis et aux travailleurs, la coalition de François Legault s'intéresse davantage à son financement », a poursuivi le député de Saint- Jean et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'emploi, de solidarité sociale et de lutte à la pauvreté, Dave Turcotte.

Pour l'opposition officielle, c'est une semaine parlementaire peu fructueuse pour la CAQ qui souhaite se faire reconnaître par l'Assemblée nationale. « François Legault voulait avoir du temps de parole, mais ses députés ne s'en servent pas. Alors qu'ils disposent toujours des privilèges financiers de l'ADQ, dont notamment une équipe de recherche, les députés indépendants de la CAQ ne se pointent pas en commission parlementaire. C'est plutôt mal parti», a conclu le député de Chicoutimi et leader de l'opposition officielle, Stéphane Bédard.

 

À DÉCOUVRIR