Véronique Hivon

Député de Joliette

Les élus et le milieu s'opposent à la réforme Optilab
vendredi 27 janvier, 2017
Facebook
Twitter

Caroline Morneau, L'Action - Le 27 janvier 2017 - L'opposition au projet Optilab, lequel implique une fusion des laboratoires de biologie médicale à travers le Québec, prend de l'expansion dans Lanaudière. Plusieurs MRC et municipalités du nord de la région ont adopté des résolutions demandant un moratoire dans le dossier.

La députée provinciale dans Joliette, Véronique Hivon, est catégorique. La centralisation orchestrée par le ministère de la Santé se fera inévitablement  « au détriment de la qualité de vie en région ».

« C'est toute la vie économique à Joliette et dans les environs qui sera touchée. Le milieu se mobilise aujourd'hui pour demander la suspension de la réforme. Nous demandons aussi à la ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault, d'intervenir dans le dossier », déclare la députée, lors d'un point de presse tenu le 27 janvier.

Étaient présents à ses côtés, le député de Berthier, André Villeneuve, plusieurs maires de la MRC de Joliette ainsi que des représentants syndicaux des professionnels de la santé impliqués dans le dossier à travers Lanaudière.

« On ne veut pas une guerre, on veut avoir une meilleure connaissance du dossier, soutient pour sa part, André Hénault, maire de Saint-Charles-Borromée. On veut que les élus, les médecins et les professionnels de la santé dans la région soient consultés avant de procéder, car nous croyons que cette réforme engendrera d'importantes pertes au niveau des services de proximité et de l'expertise locale », ajoute celui qui se faisait porte-parole de la MRC de Joliette, lors du point de presse.

Selon les informations recueillies par L'Action, les MRC de Joliette et de Matawinie ont déjà adopté des résolutions afin de mettre un frein au projet Optilab. Toutes les municipalités dans Joliette ont fait de même.

Mise en contexte

Pour Lanaudière, rappelons-le, la réforme Optilab prévoit le transfert à Laval de la majeure partie des opérations présentement effectuées dans les deux laboratoires que compte la région, soit les hôpitaux de Joliette et de Terrebonne.

Le transfert progressif des prélèvements pour analyse vers l'hôpital de la Cité-de-la-Santé occasionnerait de nombreux désagréments, estiment les technologistes médicaux du CHRDL et de l'hôpital Pierre-Le Gardeur qui craignent pour leur emploi et pour une perte de la qualité des services rendus aux patients.

Selon une étude commandée par le Syndicat des techniciens et des professionnels de Lanaudière (STPL-Bouclier), dont L'Action avait fait état dernièrement, Optilab engendrerait jusqu'à 173 pertes d'emploi à même Lanaudière et générerait de lourdes conséquences économiques pour la région.

Si tout se déroule comme prévu, le processus de transfert s'amorcera dès avril et se terminera en 2020.

À DÉCOUVRIR