Maternelles 4 ans: de vraies questions se posent et un vrai débat doit se faire

« Ce n’est pas un manque d’ambition ni une résistance au changement de ne pas souhaiter un déploiement des maternelles quatre ans partout et non prioritairement dans les milieux défavorisés. C’est un souci d’efficacité, de non-gaspillage, de non-dédoublement, de réalisme. »

J’ajouterais que le « libre choix » dont se réclame le gouvernement supposerait qu’il va parallèlement investir toutes les sommes requises pour compléter le réseau des CPE pour lequel des dizaines de milliers de parents souhaitent et attendent une place, compte tenu que le gouvernement libéral a privilégié le développement de places en garderies privées à but lucratif, appuyé en cela d’ailleurs par la CAQ qui y voit un “modèle d’affaires intéressant”.

Si on veut vraiment ce qu’il y a de mieux pour nos tout-petits, comme le dit le gouvernement, et que le dépistage dès le plus jeune âge, pas juste à 4 ans, se fasse vraiment, ne faudrait-il pas faire aussi ces investissements? D’ailleurs, le fait que le projet de loi retire l’exigence de complémentarité entre le réseau scolaire et celui des services de garde éducatifs prévu dans la loi actuelle n’est-il pas en soi un signal inquiétant à envoyer?

Le ministre Carmant parle lui-même spécifiquement avec son projet de l’importance de dépister le pus tôt possible, en collaboration avec les services sociaux et les CPE et de pouvoir donner les services adéquats dès le plus jeune âge. Pourquoi seulement 80 M$ pour ce projet colossal et 700 M$ pour un projet qui ne touchera que les 4 ans?

En ce moment, de nombreuses questions essentielles doivent trouver des réponses, autant sur l’opportunité, la faisabilité que la planification concrète du projet (pour l’instant inexistante). C’est le rôle de l’opposition de le faire, surtout que lorsqu’on investit 700 M$ dans un projet, sans compter les coûts d’infrastructures qui représenteront aussi des centaines de millions, il faut s’assurer que ce soit bien engagé et que l’on ne mobilisera pas tout un réseau vers ce chantier, tout en risquant d’en déstructurer un autre, sans que ce soit le bon geste au bon moment.

Donnez votre appui à Véronique Hivon