Véronique Hivon

Député de Joliette

« Monsieur Blanchet, la forêt, c’est aussi Lanaudière », dit le caucus des députés du PQ dans Lanaudière
vendredi 2 décembre, 2016
Facebook
Twitter

Le Journal de Joliette, le 2 décembre 2016 - À l'occasion du passage de Luc Blanchette, ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, devant la Chambre de commerce du grand Joliette le 5 décembre prochain, le caucus des députés(e) du Parti Québécois de Lanaudière tient à rappeler les enjeux récurrents de la région en matière de forêt. Le caucus est composé de Véronique Hivon (Joliette), André Villeneuve (Berthier), Mathieu Traversy (Terrebonne) et Nicolas Marceau (Rousseau).

Forêt publique En dépit du fait que la région de Lanaudière compte 5 unités d’aménagement (UA) de forêt publique, seules deux sont administrées par celle-ci. Les 3 autres sont gérées par la Mauricie et les Laurentides. « La revendication a souvent été formulée, notamment lors de la dernière consultation du ministère en 2015, mais c’est resté lettre morte », soulignent les députés(e) .

Forêt privée Depuis plusieurs années, les Lanaudois réclament que le gouvernement adopte des mesures pour rétablir l’équité du financement de la région : « Bien qu’elle représente 6,5 % des propriétaires forestiers privés au Québec et 3,5 % des superficies forestières privées, Lanaudière ne reçoit que 2 % des budgets globaux. Le ministre doit mettre fin à cette iniquité interrégionale en déterminant les montants d’une manière factuelle, plutôt qu’historique ». Autre problème, les sommes annuelles allouées aux régions sont souvent annoncées tard en cours d’année. « Parfois, nos gens ne connaissent qu’en juillet les montants pour leurs projets d’été », constate le caucus.

Le programme d’aménagement durable de la forêt (PADF) prend fin l’an prochain et les acteurs de la région ignorent même s’il y aura un autre programme pour le remplacer. Les députés(e) demandent au ministre de révéler rapidement ses intentions. « C’est toute une industrie qui est dans le noir. Dans un contexte de surtaxe américaine sur le bois d’œuvre, elle a besoin de prévisibilité plus que jamais », considèrent-ils.

Finalement, les élus lanaudois rappellent au ministre : « la forêt, c’est aussi Lanaudière : c’est St-Côme, St-Michel-des-Saints, Ste-Émélie-de-l’Énergie, Chertsey, St-Jean-de-Matha, etc. Ce sont des retombées pour le grand Joliette et toute une région ».

À DÉCOUVRIR