Véronique Hivon

Député de Joliette

Quelle place restera-t-il pour la culture à l'école sous le gouvernement libéral?
jeudi 4 septembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 4 sept. 2014 /CNW Telbec - La députée de Joliette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, demande à la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, de rassurer les milieux de la culture et de l'éducation quant à la place qu'occupera la culture dans nos écoles en cette ère d'austérité.

« Alors que le Québec ne s'est pas encore remis des déclarations inacceptables du ministre Bolduc relativement à l'importance de l'achat de livres dans nos bibliothèques scolaires, des voix soulèvent des craintes quant au maintien du programme La culture à l'école. La ministre David va-t-elle ajouter ce programme au plaidoyer qu'elle doit faire auprès de son collègue de l'Éducation? », a demandé Véronique Hivon.

La députée de Joliette a tenu à rappeler que nos écoles sont des lieux privilégiés pour mettre les jeunes en contact avec toutes les formes d'expression artistique. C'est en fréquentant les institutions culturelles, et en échangeant avec les artistes et artisans qui les animent, que les jeunes peuvent eux- mêmes prendre toute la mesure de l'importance et de la pertinence de l'art et de la culture dans leur vie, ainsi que dans notre société.
De plus, les établissements scolaires sont des maillons importants de la chaîne culturelle. Les sorties scolaires, ainsi que les activités éducatives et parascolaires, contribuent au fragile équilibre financier du milieu culturel.

« La ministre David doit rapidement rassurer le milieu culturel et celui de l'éducation afin qu'ils puissent poursuivre leurs nombreux partenariats et continuer de nourrir la symbiose qui caractérise leurs rapports et qui leur est réciproquement profitable. Il en va de la qualité de l'éducation, bien entendu, mais aussi de l'éveil à la culture ainsi que du rayonnement de nos artistes et de nos institutions culturelles », a conclu Véronique Hivon.

 

À DÉCOUVRIR