Véronique Hivon

Député de Joliette

Village des Tanneries : Le gouvernement doit s’assurer de la préservation des vestiges
lundi 14 septembre, 2015
Facebook
Twitter

Québec, le 14 septembre 2015 – La députée de Joliette et porte-parole du Parti Québécois en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, ainsi que la députée de Vachon et porte-parole en matière de transports, Martine Ouellet, dénoncent l’intention du gouvernement de raser des vestiges datant de la fin du XVIIe siècle, au profit de la construction, sous l’échangeur Turcot, d’un collecteur d’eau.

Cette décision est d’autant plus absurde que l’ancien Village des Tanneries, découvert il y a environ un an, a fait l’objet de fouilles archéologiques qui ont coûté quelque 1,6 M$ au gouvernement. « On a dit de ce site qu’il était aussi intéressant, d’un point de vue archéologique, que celui de Pointe-à-Callière; alors, pourquoi, maintenant, voudrait-on le détruire? Je demande à la ministre de la Culture, Hélène David, de se ressaisir rapidement pour que soit préservée cette partie du patrimoine historique du Québec. L’annonce d’hier avait davantage les apparences de funérailles pour ce site que celles d’un engagement réel à le préserver; ce qu’on a dit, essentiellement, c’est qu’on allait simplement garder quelques artéfacts, mais qu’on démolirait le site et toute la valeur historique qu’il recèle. Cela ne saurait suffire », a déclaré Véronique Hivon.

« Il faut être conscient de l’importance des vestiges découverts sur le site. Parce qu’ils nous permettent d’en apprendre davantage sur nos origines, ils représentent une richesse collective pour les Québécois de toutes les générations. On doit donc les sauvegarder et faire en sorte qu’ils soient accessibles au plus grand nombre. C’est, du moins, le réflexe que devrait avoir notre ministre de la Culture », a poursuivi Véronique Hivon.

Martine Ouellet dénonce pour sa part le cafouillage du ministère des Transports dans ce dossier. « Qui décide, au ministère des Transports? Au moment de la découverte, le ministère s’était engagé à attendre la fin des fouilles avant de décider ce qu’il adviendrait du site; or, il semble que les ingénieurs aient déjà reçu la permission de détruire ces vestiges datant de trois siècles. Si c’est le cas, ce n’est qu’une raison de plus pour agir rapidement », a-t-elle conclu.

Ce soir, des députés du Parti Québécois participeront à une vigile pour sensibiliser la population et les décideurs à l’importance de préserver le site de l’ancien Village des Tanneries. Le rendez-vous est fixé à 19 heures, au coin des rues Saint-Rémi et Cazelais, à Montréal.

 

À DÉCOUVRIR